Les différents types de testaments et leurs particularités

La succession et le partage des biens d’un défunt peuvent être à la base de véritables problèmes entre les héritiers. C’est pour pallier à cela que le testament a vu le jour. Y doivent figurer des éléments clés comme les biens à transmettre ainsi que les personnes devant en bénéficier. La rédaction de ce document a priori très sensible doit se faire conformément à certaines règles (de fond et de forme) établies au préalable par la loi. Découvrez ici les différentes formes de testament qui sont légalement reconnues.

Le testament olographe

C’est le type de testament dont la rédaction n’est pas assez compliquée et qui n’implique pas de grandes dépenses. Le testateur peut s’en charger lui-même et donc se passer des services d’un notaire. La seule véritable exigence pour la rédaction d’un testament olographe est qu’il doit s’écrire à la main dans son intégralité par le testateur et doit également être signé par ce dernier. Pour être légalement valide, ce premier type de testament ne doit donc renfermer aucun extrait rédigé à la machine. En outre, en dehors de la signature de celui qui désire transmettre ses biens, le Code civil exige de mentionner clairement sur le testament olographe un jour, un mois et une année.

En règle générale et pour des raisons de clarté, cet acte juridique démarre avec la formule « Ceci est mon testament ». Le contenu doit être rédigé au présent de l’indicatif. Le testateur doit également énoncer avec précision et clarté les bénéficiaires ainsi que les biens dont il fait mention dans le testament. Après la rédaction, il est possible de conserver le testament olographe sur soi ou de le faire enregistrer auprès d’un notaire.

A lire également  Propriétaire et locataire : comment éviter le conflit lors d’une intervention d’un plombier

Le testament authentique

Cette deuxième forme de testament diffère de la première simplement par la personne qui la rédige. En effet, pour le testament authentique, c’est le notaire qui se charge de la rédaction en suivant les instructions du testateur. Au moins deux témoins ou un autre notaire doivent assister à la dictée du testament par la personne désireuse de transmettre ses biens.

Une fois la rédaction achevée, le testateur ainsi que les témoins ayant assisté à la retranscription de la dictée sont dans l’obligation d’apposer leurs signatures en bas du document. Le notaire se charge alors de la conservation et de l’enregistrement de l’acte juridique au FCDDV. C’est ce qui rend plus difficile la contestation de ce type de testament en opposition au testament olographe. Lorsque vous avez connaissance de la complexité de votre situation familiale, c’est le type de testament qui est recommandé. Il faut par ailleurs préciser que pour rédiger un testament authentique vous devez faire face à certains frais.

Le testament mystique

Ce type de testament est en quelque sorte une mixture du testament olographe et du testament authentique. De manière plus claire, c’est le testateur qui se charge comme pour le testament olographe de faire le manuscrit du document qu’il met ensuite dans une enveloppe scellée. Cette enveloppe sera ensuite transmise par l’intéressé lui-même au notaire. Cette transmission doit se faire en présence de deux témoins et doit être suivie de la rédaction d’un procès-verbal par le notaire. Comme vous l’auriez remarqué, c’est uniquement le testateur qui a connaissance du contenu du document. D’où la dénomination du testament mystique.

A lire également  Que savoir sur le choix du statut juridique d’une entreprise?