La séparation et le divorce à l’étranger et en France

Introduction

Les lois relatives aux séparations et divorces varient d’un pays à l’autre. Certains pays permettent le mariage entre personnes de même sexe, tandis que d’autres n’autorisent que le mariage entre hommes et femmes.

En Europe, le droit des couples est très varié. Dans la plupart des pays européens, les couples peuvent choisir entre un mariage ou une union civile reconnue. De plus, chaque pays a des lois différentes concernant la façon dont les couples se séparent et divorcent.

Les lois françaises

En France, le mariage est le seul contrat de droit civil qui peut être passé entre un homme et une femme. Les couples non-mariés ne bénéficient pas des mêmes avantages juridiques qu’un couple marié (par exemple, ils n’ont pas droit à la pension alimentaire).

La loi française permet aux couples de choisir entre une séparation judiciaire ou un divorce. La séparation judiciaire permet aux époux de vivre séparément sans mettre fin à leur mariage et sans passer par la procédure de divorce. Le divorce quant à lui met fin au mariage et permet aux ex-conjoints de se remarier.

Le Code civil français définit également la façon dont les biens acquis durant le mariage seront partagés en cas de séparation ou de divorce (cette législation est appelée « régime matrimonial »). Les ex-conjoints peuvent choisir soit un régime communautaire (les biens sont partagés équitablement), soit un régime de participation aux acquêts (les biens acquis pendant le mariage seront partagés en fonction du temps passé dans le couple).

Les lois européennes

A lire également  Divorce: quelles sont les démarches capitales ?

Chaque pays européen a sa propre législation concernant les séparations et divorces. Dans certains pays, comme l’Italie, seul le divorce est autorisé ; dans d’autres, comme la Suisse, les couples ont le choix entre la séparation judiciaire ou un divorce.

De nombreux pays proposent des dispositions similaires pour résoudre les litiges relatifs aux biens : soit une répartition équitable des biens, soit une attribution en fonction du temps passé ensemble par les conjoints. Toutefois, certains pays autorisent les régimes matrimoniaux alternatifs tels que l’accumulation patrimoniale (les biens acquis pendant le mariage restent la propriété exclusive de celui qui l’a achetée) ou encore la communauté des biens.

Conclusion

Les lois relatives à la séparation et au divorce varient considérablement d’un pays à l’autre. En France, seul le mariage est reconnu par la loi ; les couples non-mariés n’ont pas accès aux mêmes avantages juridiques qu’un couple marié. En Europe, chaque pays dispose de sa propre ligne directrice en ce qui concerne ces questions sensibles.