Les conditions nécessaires pour un remariage

Le remariage est un sujet de plus en plus en vogue porté par le nombre de divorces qui ne cesse de s’accroitre. Mais, puisque la procédure est tout à fait légale, quelles sont les conditions nécessaires pour un remariage ? Plus qu’une question d’ordre administrative, c’est surtout une question d’éthique et de morale.

Les conditions légales pour un remariage

De point de vue de la loi, toutes personnes célibataires, majeures aux yeux de la loi ont le droit de se marier. Mais dans le cas d’une séparation ou d’un divorce, certaines conditions doivent être remplies.

  • Premièrement, toute forme de polygamie est entièrement interdite par la loi, ainsi toute personne en phase de divorce n’a le droit de se remarier qu’après prononciation du divorce.
  • Les femmes ayant un précédent mariage doivent se soumettre au délai de viduité. D’une durée de 300 jours, cette période vise à s’assurer que la personne ne porte aucun enfant. Mais dans certains cas, comme la mort du conjoint, cette obligation peut être remplacée par un certificat médical attestant que la femme ne porte aucun enfant. Ceci est fait afin d’éliminer toute ambigüité sur le lien de paternité d’un enfant naissant durant cette période.

Les conditions éthique et familiale d’un remariage

Un remariage après un divorce ou un décès engage plus la famille en plus de la personne. Premièrement, un remariage influe sur le patrimoine. D’un point de vue légal, la personne-bénéfice des biens auxquels il a droit après le divorce. Ainsi, au moment de se remarier, il doit avec son futur conjoint un régime de partage de bien ayant le moins d’impact sur le niveau succession des enfants.

Ensuite, le principal problème d’un remariage d’un point de vue familial réside dans la gestion des enfants. Que ce soit après un décès ou un divorce, le droit des enfants est fortement protégé par la loi. Ainsi d’une manière légale, les successeurs légaux de leurs parents sont les enfants, ainsi dans un remariage, le droit de succession des enfants prime sur tout le reste.

Enfin, un mariage ne réunit pas uniquement deux corps, mais également deux familles. De cette manière, un remariage peut perturber les filialisées familiales déjà établies. Cette situation peut engendrer une situation conflictuelle non propice à l’épanouissement des enfants.

La condition morale qu’incombe un remariage

D’une certaine manière, un divorce est un aveu sur l’échec de la vie commune du couple. Et un remariage, une confirmation de cet échec. D’un point de vue moral, plus le remariage est rapide, plus la frivolité ainsi que le manque de maturité des ex-époux sont flagrants. Ensuite, cette situation va conduire à une recherche enfarinée sur la manière de combler l’échec. Ainsi comme pour le mariage, le remariage est un engagement moral qui mérite mûre réflexion sur les raisons du précédent échec.