Les obligations légales d’un expert-comptable : un panorama complet

Le rôle de l’expert-comptable est essentiel au bon fonctionnement des entreprises et des organisations. Ce professionnel est chargé de la tenue de la comptabilité, de l’élaboration des bilans et des comptes annuels, mais aussi de conseiller les dirigeants sur les questions fiscales, juridiques et financières. Afin d’exercer cette mission en toute légalité, il doit respecter un certain nombre d’obligations légales qui encadrent son activité.

1. L’inscription à l’Ordre des experts-comptables

Pour exercer en tant qu’expert-comptable, il est impératif de s’inscrire à l’Ordre des experts-comptables. Cette inscription constitue une garantie pour les clients, car elle atteste que le professionnel respecte les règles déontologiques de sa profession et dispose des compétences requises pour exercer ses missions.

2. Le respect du code de déontologie

L’expert-comptable doit se conformer au code de déontologie qui régit sa profession. Ce code impose notamment au professionnel :

  • de respecter la confidentialité, en ne divulguant aucune information concernant ses clients sans leur autorisation ;
  • d’exercer son activité avec indépendance, en évitant tout conflit d’intérêts susceptible de compromettre son impartialité ;
  • de faire preuve de compétence, en mettant à jour régulièrement ses connaissances et en veillant à la qualité de ses services ;
  • d’agir avec loyauté, en ne cherchant pas à détourner les clients d’un confrère ou à nuire à sa réputation.
A lire également  Modification du contrat d'assurance : ce que vous devez savoir

3. La souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle

L’expert-comptable est tenu de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) pour couvrir les risques inhérents à l’exercice de sa profession. Cette assurance permet de garantir la réparation des dommages causés aux clients du fait d’une faute, négligence ou omission imputable au professionnel.

4. Le respect des obligations fiscales et sociales

Comme tout travailleur indépendant, l’expert-comptable doit s’acquitter de ses propres obligations fiscales et sociales. Il doit notamment :

  • déclarer et payer ses impôts, y compris la contribution économique territoriale (CET) ;
  • adhérer à un régime de protection sociale (régime général, régime social des indépendants ou caisse spécifique) ;
  • s’affilier à une caisse de retraite complémentaire ;
  • souscrire éventuellement une assurance chômage volontaire auprès de Pôle emploi.

5. Le respect des obligations comptables et administratives

L’expert-comptable est tenu de respecter un certain nombre d’obligations comptables et administratives pour lui-même et pour ses clients. Parmi ces obligations figurent notamment :

  • la tenue d’une comptabilité conforme aux normes en vigueur, avec conservation des pièces justificatives pendant au moins 10 ans ;
  • la production des documents comptables obligatoires (bilan, compte de résultat, annexe) ;
  • l’établissement des déclarations fiscales et sociales pour les clients ;
  • le respect des formalités liées à la création, modification ou cessation d’activité.

6. La formation continue

Afin de maintenir un niveau élevé de compétence et de répondre aux évolutions législatives et réglementaires, l’expert-comptable est soumis à une obligation de formation continue. Cette obligation implique de suivre régulièrement des formations dans les domaines relevant de l’exercice professionnel (comptabilité, fiscalité, droit social, gestion, etc.). L’Ordre des experts-comptables fixe le nombre minimum d’heures de formation à réaliser sur une période donnée.

A lire également  L'importance de la franchise en assurance jeune conducteur : un enjeu majeur pour les nouveaux automobilistes

Dans ce contexte réglementé et exigeant, l’expert-comptable doit veiller en permanence au respect de ses obligations légales. Le non-respect de ces obligations peut entraîner des sanctions disciplinaires voire pénales selon la gravité des manquements constatés.